Aller au contenu principal
Logo du ministère en charge de l'agriculture et de l'alimentation

Animation et développement
des territoires
de l'enseignement agricole

Ecophyto’TER

Ecophyto’TER est un dispositif sur 3 ans, de septembre 2020 à septembre 2023 impliquant 33 établissements d’enseignement agricole (dont 1 école d’ingénieurs et un établissement privé).

Initialement, le dispositif se terminait en 2022. En raison des conditions sanitaires liées à la Covid 19, une année supplémentaire a été accordée pour la mise en œuvre des projets.

Ecophyto’TER est commandité par la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche (DGER), financé par l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et mis en œuvre par le CEZ-Bergerie nationale de Rambouillet.

Bergerie nationale - 2020

 

Contexte

Ecophyto’TER s’inscrit dans le plan Ecophyto II+ (2020-2025) qui réaffirme l’objectif de réduction de 50 % du recours aux produits phytopharmaceutiques, à l’horizon 2025, en France. 

Cette réduction passera par des mutations profondes des systèmes de production et des filières soutenues par des déterminants politiques de moyen et long terme et par les avancées de la science et de la technique. L’autre défi du plan Ecophyto II+ est de valoriser et de déployer auprès du plus grand nombre, les principes et techniques pour développer des systèmes de culture innovants, économes et performants qui ont fait leurs preuves.

Ce dispositif contribue à l’Action 6 de l’Axe 1 de ce plan : « Renforcer la formation initiale et la professionnalisation des actifs » et à l’Action 21 de l’Axe 5 « Susciter et soutenir des projets collectifs de réduction des usages de produits phytopharmaceutiques à l’échelle des territoires ».

Ecophyto’TER s’inscrit également dans EPA 2, « Enseigner à Produire Autrement pour les transitions et l’agroécologie ». La transition vers de nouveaux systèmes de production repose sur une modification majeure des cadres de pensée, ainsi que des modes d’acquisition des savoirs et des pratiques.

Les actions d’EPA 2 permettent aux exploitations de l’enseignement agricole et aux équipes pédagogiques de se doter des modes de raisonnements et outils adéquats pour assurer la transition agroécologique. L’enseignement a le défi d’une double transition : technique « Produire autrement » et pédagogique « Enseigner à produire autrement ».

Avec ce dispositif, la DGER souhaite élargir l’action entreprise lors de l’Action 16 (2009-2016) et d’EDUC’Ecophyto (2017-2020), deux précédents programmes des plans Ecophyto I et II, en amplifiant celle-ci sur trois fois plus d’établissements et en rayonnant sur les territoires auprès des acteurs du monde agricole.

 

Synthèse des résultats du dispositif EDUC’Ecophyto

 

Objectifs du dispositif

Ecophyto’TER a pour objectif de démultiplier, diffuser et transférer à l’échelle du TERritoire, les démarches et outils développés au cours de l’Action 16 et dEDUC’Ecophyto permettant :

• De concevoir des systèmes de cultures ÉCOnomes en produits PHYTOpharmaceutiques, innovants et performants ;

• De concevoir des situations d’apprentissages visant à développer chez les apprenants les savoirs et raisonnements répondant aux enjeux de la transition agroécologique ;

• De renforcer les liens entre l’équipe enseignante, les exploitations agricoles des lycées et les acteurs du territoire.

Le second objectif du dispositif est de développer le rôle de démonstration et d’expérimentation des exploitations de l’enseignement agricole auprès des acteursdu territoire (agriculteurs, chambres d’agricultures, institutstechniques…).

Les objectifs spécifiques du dispositif sont :

  • Démontrer la faisabilité locale de reconception du système de production en compatibilité avec la quadruple performance (technico-économique, environnementale, sociale et sanitaire). Cette reconception passe par l’adoption de pratiques visant la diminution d’au moins 50% de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques (par rapport à l’IFT de référence régionale de la filière de production de 2020) et le zéro glyphosate (interdiction réglementaire du glyphosate prévue pour 2022 en France et d’ici fin 2020 pour la plupart des usages), sur chacune des exploitations des établissements impliqués dans le projet.
  • Renforcer la formation initiale et la professionnalisation des actifs agricoles à la réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques et à la gestion des risques sanitaires, en utilisant les ressources pédagogiques produites à l’issue notamment du projet EDUC’Ecophyto.
  • Affirmer le rôle de l’enseignement agricole en tant qu’acteur de la dynamique territoriale. Le dispositif de fonctionnement en collectifs interrégionaux permettrad’organiser l’essaimage de modes de raisonnement et d’outils permettant d’assurer latransition agroécologique et pédagogique au-delà des établissements d’enseignementagricole (séminaires et démonstrations largement ouverts au public professionnel,participation dans les GIEE, actions menées en partenariat avec les professionnels duterritoire, etc). Ces raisonnements ou/et pratiques renouvelés toucheront l’économie enproduits phytopharmaceutiques, mais aussi la formation à l’usage limité et sécurisé de cesproduits.

Gouvernance

Le dispositif Ecophyto’TER a été commandité par la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche (DGER) et la maîtrise d’œuvre est assurée par le CEZ-Bergerie nationale de Rambouillet. L’Office Français de la Biodiversité finance le dispositif.

Le comité de pilotage est composé de :

• La DGER représentée par le Bureau du Développement Agricole et des Partenariats pour l’Innovation (BDAPI) ;

• L’Inspection de l’enseignement agricole du domaine pédagogique agronomie et du domaine développement, expérimentation des exploitations agricoles et ateliers technologiques ;

• Le réseau national des animateurs thématiques de l’enseignement agricole, RESO’THEM, avec le représentant Agronomie-Écophyto ;

• Le Service Régional de la Formation et du Développement (SRFD) des DRAAF (Directions Régionales de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt), avec le représentant des chargés de mission ADT-ADEI (Animation et Développement des Territoires, de l’Expérimentation et de l’Innovation) ;

• Le CEZ-Bergerie nationale de Rambouillet.

Un comité scientifique et technique a été constitué. Il permet d’éclairer les décisions du comité de pilotage et les modalités d’action de l’équipe d’animation du CEZ Bergerie nationale en émettant avis et recommandations, reposant sur des considérations d’ordre scientifique et technique de leur domaine d’expertise. Il répond à la nécessité d’assurer un partage d’informations avec les acteurs du territoire travaillant sur les mêmes thématiques pédagogiques et techniques.

Il est composé du :

  • RMT Champs et Territoires ateliers
  • l’ UR FoAP Dijon, Agrosup DIJON – représenté par Fanny Chrétien, Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation et de la Formation
  • l’ENSFEA – représenté par Nadia Cancian, Enseignante-chercheure en didactique de l'agronomie ENSFEA-UMR EFTS
  • Le CEZ-Bergerie nationale – représenté par Christian Peltier, Coordonnateur technique Département Agricultures et Transitions, Accompagnements pédagogiques et didactiques.

Mise en œuvre

Les 33 établissements sont regroupés en 5 collectifs « interrégionaux » répartis sur le territoire français, chacun dans une zone élargie à plusieurs régions, respectant la diversité des filières de production (hormis pour le collectif Viticulture). Chaque collectif rassemble 1 établissement dit niveau 1 et 4 à 7 établissements dit niveau 2.

Les 5 établissements référents dit niveau 1 ont une expérience significative de mise en place d’actions dans le cadre des plans Écophyto et Enseigner à Produire Autrement. Ces établissements accompagneront les 28 établissements dit niveau 2 moins avancés sur ces thématiques au sein des collectifs interrégionaux.

Ces échanges et travaux communs aux établissements, favorisés par la mise en place de collectifs interrégionaux, faciliteront le partage de méthodes, de démarches et d’outils ainsi que l’essaimage auprès des différents acteurs du territoire pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires au sein des exploitations des lycées et développer le transfert des modes de production agroécologiques vers les apprenants et les acteurs du territoire.

Le CEZ-Bergerie nationale est en charge de l’animation du dispositif à l’échelle nationale, de l’accompagnement des établissements dans leurs projets notamment sur les aspects pédagogiques et de réflexivité, du suivi des actions et de la gestion administrative du dispositif.

Voici les 5 collectifs interrégionaux (voir la carte) :

  • le collectif Viticulture « In vitis Veritas » avec 7 établissements répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain spécialisés en viticulture
  • le collectif Sud-Ouest « E-TAArGET » avec 7 établissements
  • le collectif Sud-Est « CD’TIP » avec 8 établissements
  • le collectif Nord-Ouest avec 6 établissements
  • le collectif Nord-Est « ATENA » avec 5 établissements

Les temps forts du dispositif

Différents temps de rencontres « nationales » et « interrégionales » (par collectif) sont programmés dans le cadre d’Ecophyto’TER:

  • le séminaire de lancement du dispositif a eu lieu du 6 au 8 octobre 2020 en visioconférence (en raison de la situation sanitaire). Ce dernier a rassemblé jusqu’à 75 participants (équipes projets des 33 établissements impliqués dans le dispositif, invités de l’OFB, de l’institut Agro florac, de l’ENSFEA, d’Agrosup Dijon et l’équipe d’animation du séminaire de la CEZ-Bergerie nationale avec des représentants de la DGER, de Résothem et d’AgrosupDijon) ;

Programme du séminaire

  • les formations à la méthode IDEA version 4 (méthode de diagnostic de durabilité des exploitations) se sont déroulées entre novembre et décembre 2020 en visioconférence. Chaque établissement a bénéficié de cette formation, et a pu réaliser le diagnostic de durabilité de son exploitation pour réfléchir à la reconception cohérente des systèmes de cultures dans un objectif de réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Ce diagnostic sera également valorisé avec les apprenants au premier semestre 2021. Les établissements de La Réunion et de Mayotte ont pour leur part suivi une formation sur la méthode IDEARun, diagnostic adapté à leur contexte particulier ;
  • des rencontres interrégionales sont prévues entre janvier 2021 et décembre 2022. Chaque collectif se rassemblera 3 fois. Ces rencontres sur 2 jours seront des moments d’échanges privilégiés qui permettront aux établissements d’échanger sur la reconception de leurs systèmes de cultures, ainsi que sur leurs pratiques pédagogiques et l’organisation d’évènements communs à destination des apprenants et acteurs du territoire ;
  • le séminaire de clôture aura lieu en avril-mai 2023, il permettra de rendre compte des travaux réalisés dans chaque établissement et au niveau des collectifs interrégionaux.