Aller au contenu principal
Logo du ministère en charge de l'agriculture et de l'alimentation

Animation et développement
des territoires
de l'enseignement agricole

Résumé grand public

Résumé intégrant les grandes avancées sur les différents objectifs opérationnels, les résultats obtenus et l’impact sur la pédagogie et le développement de formation et l’impact sur le territoire

Le projet de valorisation des biodéchets aquacoles en produits biosourcés d’excellente qualité agronomique, alimentaire, sanitaire s’appuie sur des programmes R&D antérieurs au démarrage en 2021, finalisés fin 2022 ou encore en cours (cf. projets PlateForme Technologique Occitanie GH2O) et en partenariat étroit avec l’exploitation piscicole du lycée et les acteurs locaux (collectivités, entreprises privées). 

Ainsi pour la valorisation des effluents aquacoles dissous (azote et phosphore), l’aquaponie s’avère d’une grande efficacité pour réduire l’impact de ces rejets sur les rivières (risque d’eutrophisation) et permet de produire des légumes et fruits de qualité organoleptique reconnue (analyses de consommateurs et analyses d’experts) avec une économie de 90% d’eau, comparativement au maraichage plein champ. La totalité des productions est valorisée à la cantine du lycée en circuit hyper court. Cette activité horticole de phytoremédiation constitue une réelle découverte pour les apprenants des formations des métiers de l’eau (gestion de l’eau, aquaculture, NB : pas de formations horticoles en initial sur le site). 

Le traitement des boues piscicoles par lombricompostage, sans avoir recours à un tiers (plan d’épandage chez un agriculteur) est un sujet majeur pour la filière professionnelle et les services de protection de l’environnement. Cette activité de valorisation d’un déchet à risques peut constituer une nouvelle production commercialisable tout en réduisant l’impact carbone (pas d’exportation de matière organique) et en valorisant des déchets verts locaux communaux parfois eux-aussi exportés en déchèterie communale excentrée. Les productions de vers, de lombricompost normé (NFU44-051) et de lombrithé sont autant de matières valorisables en local (« terreau » de semis pour l’aquaponie, appâts pêche, enrichissement de l’aquaponie via la bioponie). Cette nouvelle activité au sein de piscicultures intéresse fortement la filière professionnelle qui participe régulièrement aux journées thématiques coorganisées avec les étudiants, qui présentent ainsi leurs activités. Cela permet donc aux apprenants de diversifier leurs compétences et d’imaginer le nouveau métier d’aquaculteur très ancré dans le territoire local. 

Ces actions pluridisciplinaires constituent des supports pédagogiques très riches justifiant une mobilisation enseignante pour la conduite de travaux communs. Cette pédagogie de terrain, complétée par des séances en salle, des périodes d’autonomie pour restituer et capitaliser, fournissent aux apprenants d’excellents conditions d’apprentissage. Cependant, force est de constater que les élèves rencontrent aujourd’hui des difficultés de concentration, de mémorisation et de formalisation des procédés. Une analyse plus fine des prérequis nécessaires est en cours afin que l’équipe pédagogique élargie puisse proposer des accompagnements en amont permettant de conduire ces séquences techniques avec plus d’efficacité et d’exigence.

Ces différentes activités sont également supports d’information pour de nombreuses visites extérieures de collégiens (Cordées de la réussite), de stagiaires adultes en reconversion professionnelle, du grand public (journées portes ouvertes, visites associations locales). 

Les demandes d’accompagnement de projets d’entreprises privées et de collectivités sur ces thématiques sont en progression et sont pilotées par la PFT GH2O. Pour le deuxième semestre 2023, ce n’est pas moins de 3 projets qui seront initiés en lien avec l’aquaponie et qui seront conduits avec des classes de BTS : adaptation d’une entreprise horticole en région pour créer une ferme aquaponique périurbaine, valorisation d’eaux urbaines traitées par la création d’une ferme pédagogique (poissons et plantes d’ornement), restauration d’une pisciculture roumaine en modèle aquaponique pour irriguer des grandes cultures avec réduction des engrais chimiques.

Cette démarche multi-partenariale permet donc d’ouvrir de nouvelles perspectives d’actions comme la création d’une filière locale de valorisation des biodéchets, des cycles de formations courtes à destination de professionnels en quête de diversification mais également de créer au cœur de l’EPLEFPA Lozère – site de La Canourgue, un réel pôle de compétences à l’échelle locale, régionale, nationale et internationale.