Aller au contenu principal
Logo du ministère en charge de l'agriculture et de l'alimentation

Animation et développement
des territoires
de l'enseignement agricole

Oops, an error occurred! Code: 20231129011759dc467a4b

Rapport 1

Partenaires impliqués et modalités de travail en commun

Les partenaires impliqués sont:

1. Le campus Marseilleveyre 'lycée et collège".

2. L'association "les champignons de Marseille"

3. La région SUD Provence Alpes Côte d'Azur

4. Le département des Bouches du Rhône

5. La métropole Aix Marseille Provence

Les modalités de travail en commun sont établis dans le COPIL.

Fonctionnement de l'équipe projet et du pilotage

Nous avons créé un CODIR, un comité de direction intersite (Directeur d'EPL, Directeurs adjoints des différents sites) et un COPIL, comité de pilotage, (personnels techniques et non techniques, élèves et partenaires) afin de pouvoir pérenniser le projet au delà du dispositif tiers temps.

Dans le COPIL, il existe 2 sous groupes : un sous groupe projet «  Marcotte » et un sous groupe projet "Ferme urbaine ».

Les modalités de fonctionnement du COPIL ont été établies par le CODIR afin de faciliter la prise de décision et la circulation de l'information.

Aussi, un espace numérique partagé a été créé sur Atrium (espace numérique éducatif). Cet espace est accessible en interne sur le site de Valabre et de Marseille. Nous sommes en train d'essayer de le connecter avec l'Atrium de Marseilleveyre.

Sur cet espace, sont stockés  en accès maîtrisé :

→ Les compte rendu de réunions

→ Les documents techniques support pédagogiques potentiel du projet

→ Les diagnostics

→ Les dossiers thématiques

→ Les calendriers

 

Cet outils permets une maîtrise documentaire pérenne du projet .

 

Impact de la démarche du projet sur l’organisation collective et les collaborations inter-centres ?

La coordination globale inter-site se fait lors des CODIR.

Sur Marseille, des reunions hebdomadaires qui associent  la direction et les enseignants techniques permettent une coordination des projets d'aménagements du site. L'agriculture urbaine est traitée régulièrement au cours de ces réunions.

A Valabre, le projet "marcotte" a fonctionné sous la forme d'activités de club de l'association des élèves.

Avancées ou difficultés rencontrées, informations importantes concernant le déroulement de l'action

La difficulté est l'initiation du projet pourtant bien préparé en amont par la direction de l'EPLEFPA avant l'obtention du tiers temps. Cependant, la recherche et la mobilisation de financements par des partenaires ont retardé la mise en oeuvre du projet. (Un an entre la demande et la réalisation du chantier d'irrigation).  La rédaction de convention multipartites et leurs signature sont aussi assez complexes et longues à réaliser.

La gouvernance du projet a été plus complexe que prévu, en particulier pour établir une vision partagée du projet par l'ensemble des acteurs et décideurs internes. Ce qui n'a pas facilité le positionnement du tiers temps. Des conflits interpersonnels sur le site de Marseille ont entravé mon action.

C'est pourquoi, après avoir effectué un diagnostic, le directeur d'EPLEFPA a choisi le modèle CODIR, COPIL pour une prise de décision collégiale.

Je rajoute qu'il est difficile de concilier la mission d'enseignant et la gestion du projet (les formations pertinentes que nous sommes amenées à faire, réunions externes sur l'agriculture urbaine à couvrir), car la plupart du temps elles se trouvent sur  les crénaux d'enseignement et les rattrapages sont difficiles à organiser.

Je concluerai par un point très positif qui est l'implication de nombreux personnels, enseignant et non enseignants dans ce projet.

 

Quelles perspectives pour le projet, après le Tiers Temps ?

La constitution de bases solides dans l'organisation et dans la gestion établie sur cette année dans l'objectif de le rendre pérenne. Les réalisations effectuées principalement en pédagogie ont permis de bien progresser techniquement et de s'implanter comme un référent dans ce domaine. Le projet va pouvoir se développer et réaliser sa finalité, qui est d'alimenter les cantines des deux lycées avec un agriculteur urbain qui pourra s'appuyer en plus sur le dispositif marcotte.

Renseigner les indicateurs d'évaluation

Pas d'indicateur à ce jour

Résumé

Résumé grand public

Pour cette première année, les efforts ont porté sur le site de Marseille, tel que préconisé par la DGER. De nombreux projets connexes ont emergé (permaculture, production de plantes aromatiques) impliquant l'ensemble des personnels et appprenant  du Lycée des Calanques. Le projet global a été structuré (CODIR et COPIL constitués et actifs) afin d'en assurer sa pérennité. Les partenaires commencent à nous reconnaitre comme une référence dans le domaine de l'agriculture urbaine et certains sont déjà impliqués financièrement ou matériellement (Région SUD, Cité scolaire Marseilleveyre) .

La deuxième année permettra de développer le projet Marcotte sur le site de Valabre et l'installation d'un agriculteur urbain sur Marseille afin de produire  et commericaliser en circuit court des légumes, notammment pour les cantines.