Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

La Tour du Pin : Des projets pédagogiques collectifs et florissants pour tous

Novembre 2019 : Françoise Degache et Régis Triollet, animateurs Réso'them de l'enseignement agricole

 

Explorer l’exploitation du lycée horticole est un véritable parcours de découvertes des réalisations et de nombreux projets : verger-maraîcher, productions diversifiées, décoration de la salle des ventes… Différentes filières sont impliquées sur des chantiers communs : un beau dynamisme au service de l’insertion scolaire et professionnelle.

Des serres accessibles par les bâtiments de cours, les productions de l’automne, l’atelier maraîchage (crédit photos : Régis Triollet et Françoise Degache)

Des productions végétales diversifiées et à proximité des salles de cours

Dans les serres et les parcelles de terrain attenantes au lycée, les productions horticoles se répartissent sur :

- une zone maraîchère en Agriculture Biologique de 600 m2, gérée avec les CAPA MA (métiers de l’agriculture),

- 1000 m2 de serres pour la production de plants maraichers en AB, vendus aux particuliers et à quelques maraichers locaux,

- 3000 m2 de serres pour des productions de plantes en pots (cultures d’automne avec des cyclamens, chrysanthèmes…) et de jardinières pour la commune,

- Deux serres gérées avec horticolor édition pour la réalisation de photos de plus de 100 variétés.

 

Une haie de plantes horticoles diversifiées (noisetiers, érables, pruneliers…), plantée en 2004, entoure le site : « les végétaux choisis à l’époque sont des végétaux d’ornement mais ça nous permet de faire des travaux pratiques de taille pour gérer les volumes » précisePaul Declerck, enseignant en technique horticole. Le site est en « zéro phyto » à l’extérieur des serres et l’eau pluviale collectée permet une irrigation complétée par un forage (puits artésien). La problématique énergie est en questionnement car les charges sont importantes pour un chauffage au gaz.

 

Les élèves fortement mobilisés et acteurs de leur formation

Tous les lundis de 8h à 9h, les enseignants techniques, les salariés, la directrice d’exploitation et un agent technique du lycée se retrouvent en réunion d’exploitation. Les travaux de cinq élèves en « permanence exploitation », groupe dit « multi-classes » (un par niveau de formation, de la seconde à la terminale et deux CAPA) sont alors planifiés avec une répartition des tâches, les terminales étant tuteurs des plus jeunes pendant une semaine.

 D’ailleurs pour identifier les jeunes en permanence et les salariés de l’exploitation, une tenue (gilet vert) leur est fournie : ce qui valorise leur implication. Mais attention, Mme Moreno, proviseure du lycée, précise bien que les activités sur l’exploitation des élèves préparant le baccalauréat professionnel «technicien conseil vente » et celles des élèves préparant le baccalauréat professionnel «conduite de productions horticoles» sont différentes car «il faut donner du sens à ces formations »

 

Des actions pédagogiques autour de l’agroécologie

Pour la proviseure du lycée, « les actions pluridisciplinaires doivent décloisonner les filières » et différentes activités nous le montrent.

 

 

 

 

Dans les serres, les élèves participent aux lâchers d’auxiliaires pour la Protection Biologique Intégrée (PBI).

 

D’après Mme Moreno, « les élèves adorent ça », ils aimeraient produire des auxiliaires mais le verrouillage de l’accès aux protocoles de productions par les fournisseurs ne le permettant pas, les jeunes se sont orientés vers une production d’herbe à chat : un projet associant les 3 baccalauréats professionnels production horticole, vente et animalerie.

 

Paul Declerck, enseignant en technique horticole, complète : « en appui à la formation, un verger maraîcher a été planté depuis un an avec 10 arbres fruitiers, des variétés anciennes de poiriers, pommiers et pêchers, l’arrosage est installé et des cultures de mâches, épinards et chicorées sont en place. Des solutions doivent encore être recherchées pour la gestion des adventices pendant l’été ».

Un autre projet est également en cours : une installation de toiture végétalisée avec production de sedum et de pieds mères de Sympervivum (joubarbe). Ce projet servira « de vitrine lors des visites, et, si c’est satisfaisant, contribuerait aussi à diversifier les plants vendus par l’exploitation ». Pour poursuivre dans cette voie de diversification, d’autres projets pourraient voir le jour, comme celui de la production de plants permettant de produire des extraits à vocation phytosanitaire (voir les méthodes alternatives d’Eric Petiot).

 

De nombreux partenariats initiés ou en projet

Une plateforme de compostage est en fonctionnement dans le cadre de conventions avec la mairie et avec l’entreprise Bigallet produisant des sirops et qui évacue là ses déchets organiques. Le compostage de déchets verts et de résidus de presse, est géré par l’exploitation avec l’appui d’un agent technique de lycée, et par un enseignant d’agroéquipement avec ses élèves.

Pour des économies d’énergie, un test de "serre bioclimatique" intégrant un projet de kit « low-cost » avec des gaines à dérouler sous les tables, est en cours d’élaboration. L’étude se fait avec le RATHO, une station régionale de l’institut ASTREDHOR dans le cadre d’un projet restant à financer (Fonds CASDAR d’Innovation-Partenariat à solliciter).

De plus, un projet à plus long terme est en réflexion : participer à la stratégie de territoire sur un projet climatique et alimentaire avec la communauté de communes et la cuisine départementale, en créant une plateforme de maraîchage bio sur 4,5 ha, proche de l’établissement.

 

La salle de vente largement investie par les élèves

La salle de vente, ouverte tous les jours de la semaine et le samedi matin, permet l’accueil de la clientèle.

 Les élèves, après validation de la thématique par la directrice d’exploitation, décorent le magasin dans le cadre d’activités pluridisciplinaires « animation et théâtralisation d’un point de vente » : les contes sont d’ailleurs à l’honneur pour cet automne 2019.

De nombreux habitués viennent commander et choisir leur chrysanthème bien avant la Toussaint, puis peuvent même venir suivre leur croissance avant leur achat définitif ! Cette année, les clients ont d’ailleurs bénéficié d’une exposition mycologique organisée par l’association locale. Cependant, Mme Moreno précise « on est à la recherche de nouveau clients via les réseaux sociaux, il faut diversifier notre communication pour développer le marché local ».

Dès l’entrée de l’établissement : un panneau invite à se rendre au magasin, lieu décoré par les élèves (crédit photo : Françoise Degache et Régis Triollet)

 

Chiffres de l’exploitation horticole de La Tour du Pin :

 

SAU : 1, 5 ha dont 0,8 ha pour les productions de fleurs / légumes / fruits (avec 4000 m2 d’hors-sol)

dont 600 m2 en Agriculture Biologique.

Nombre de salariés : 2 ETP permanents et 0,16 ETP saisonnier

Commercialisation : Vente aux particuliers et en gros (communes, écoles, associations diverses) Vente sur site 6 jours sur 7 et au marché le samedi matin

Chiffre d’affaires en 2018 : 105 869€

(Informations de la base de données des exploitations de lycées ALEXIA)

 

 

Contacts utiles / en savoir plus :

EPLEFPA de La Côte St André: https://www.ecoledelanatureetduvivant.fr/

Directeur de l’EPLEFPA : olivier.blachere@educagri.fr

Proviseur du lycée horticole et animalier de La Tour du Pin : caroline.moreno@educagri.fr

Exploitation horticole, directrice de l’exploitation : aline.gironcourt@educagri.fr

Site internet de l’exploitation horticole :https://lyceehorticole.fr/les-serres-du-lycee/

Page facebook : https://www.facebook.com/lyceehorticole/