Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Agroforesterie et systèmes de production

(d'après http://www.agroforesterie.fr/)

 

L’agroforesterie désigne l’association d’arbres et de cultures ou d’animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. Il existe une grande diversité d’aménagements agroforestiers : alignements intra-parcellaires, haies, arbres émondés, arbres isolés, bords de cours d’eau… Ces pratiques comprennent les systèmes agrosylvicoles mais aussi sylvopastoraux, agrosylvopastoraux ou pré-vergers (animaux pâturant sous des vergers de fruitiers).

Est-ce une pratique nouvelle ?

Les systèmes agroforestiers sont ancestraux et répandus dans le monde entier. En Europe, les arbres étaient traditionnellement présents au cœur et aux abords des parcelles. Certains systèmes ont perduré : pré-vergers, cultures intercalaires en peupleraies, noyeraies ou vergers fruitiers, truffiers et lavande ou vigne.

 

Les expériences de terrain et les recherches menées par différents centres et instituts ont testé des systèmes enrichis et optimisés, sur la base des pratiques traditionnelles. Si les premiers projets consistaient surtout à réaliser des alignements monospécifiques d’arbres, l’agroforesterie telle qu’elle est développée aujourd’hui fait appel à une diversité d’essences, de techniques, de types d’aménagement ou de tailles des arbres, qui permettent d’allier production de biomasse et protection de l’environnement.

 

La nouvelle génération d’agroforesterie allie plantations plurispécifiques, valorisation de l’existant, régénération naturelle des ressources sous-exploitées : restauration d’arbres têtards, régénération des ligneux en bords de cours d’eau ou de voieries, introduction de bandes de taillis linéaires.

 

Complémentaires à la gestion de l’arbre, les techniques de conservation des sols (techniques culturales simplifiées, couverts végétaux, semis directs..) permettent de mimer le fonctionnement des écosystèmes naturels et recréent de la vie dans les sols, en rendant de nombreux services : réduction des intrants, limitation de l’érosion.

 

Tous les types de production sont compatibles avec un système agroforestier, en agriculture conventionnelle comme en agriculture biologique : grandes cultures, viticulture, maraichage, élevage… Feuillus précieux ou fruitiers, chaque projet est raisonné en fonction des besoins et objectifs de l’agriculteur et de la société.

L'enseignement agricole est engagé et mène une diversité de projets (voir ci-après) et s'implique dans le Réseau Mixte Technologique AgroforesterieS.

 

Pour en savoir plus :
Catherine Chapron et Sarah Cohen, Chargées de missions, CEZ- Bergerie Nationale - Département 3DFI (Développement Durable, Innovation, Formation)
catherine.chapron@educagri.fr - 01 61 08 68 26

sarah.cohen@educagri.fr - 01 61 08 68 32

 

 

Articles sur des expériences dans les établissements et quelques accompagnements pédagogiques (des plus récents aux plus anciens - non exhaustif)

 

Accompagnement et amélioration itérative d’une étude de cas « Gestion de la haie » en BTSA à Melle, octobre 2018

Le directeur d’exploitation de l’établissement de Melle s’investit depuis plusieurs années pour reconquérir et mieux gérer ses linéaires de haies. Pour ce faire, il s’est entouré d’un professionnel de la haie (association Prom’Haies) et de deux enseignants de BTSA Gestion et Protection de la Nature (GPN). L’idée est que nous, enseignants l’un en biologie-écologie, l’autre en économie, mobilisions la classe de 1ère BTSA GPN sur le sujet afin de préparer les étudiants à répondre à des commandes professionnelles (projets tuteurés). Dans le cadre de la mise en place d’un groupe de travail national autour de la haie (formation-accompagnement), nous avons présenté aux autres membres notre travail avec les étudiants. Nous avons collectivement analysé notre « étude de cas »  et, au fil des trois années passées, nous n’avons cessé de la réinterroger. C’est cette évolution que nous donnons à voir. (Fiche action sur la plate-forme des innovations pédagogiques de l'enseignement agricole "Pollen" + vidéo)

 

Le lycée de Rochefort Montagne : au cœur des volcans d’Auvergne et de la transition agroécologiqueSeptembre 2018

 

A Obernai, les haies ont de l’avenirJuin 2018

L’exploitation de l’EPL d’Obernai a décidé d’implanter des haies sur une parcelle de 10 ha qui sera 100 % en AB en 2020 (50 % sont déjà convertis). Un groupe de quatre étudiants du BTSA Agronomie Productions Végétales (APV) a réalisé une étude technique qui a été validée en conseil d’exploitation. Les plantations commenceront à la fin 2018 sur un linéaire de 470 mètres en bord de parcelle. Elles seront complétées ultérieurement par 1200 m de haies intraparcellaires.

 

Bressuire : un partenariat fort pour valoriser le patrimoine arboré, Février 2018

Au lycée agricole de Bressuire, le travail sur l'arbre et les haies mobilise toutes les filières de l'EPL, d'autres établissements du département et l’association Bocage Pays Branché. Les 18 km de haies et les arbres têtards, mieux gérés, produisent du bois (matériau et énergie) mais rendent aussi plus de services environnementaux et agronomiques, nécessaires sur les fermes de polyculture élevage.

 

Saint-Yrieix La Perche en Limousin : un système d'élevage en transition, Décembre 2017

Quoi de plus traditionnel en Limousin que des prairies verdoyantes entourées de bois de châtaigniers dans lesquelles paissent des vaches Limousines ou des brebis ? Ses vergers de pommes Golden sont connues pour leur appellation d'origine protégée. En arrivant à la ferme du lycée agricole de Saint-Yriex la Perche, on retrouve tous les éléments de ce paysage. S'appuyant sur les réflexions menées sur quatre domaines prioritaires, le système de production est réorganisé pour répondre aux nouveaux enjeux économiques et agro-environnementaux auxquels sont confrontés la plupart des fermes du territoire. 


Les jardins de Murat : une agroforesterie fédératrice au cœur du bassin de Brive, Décembre 2017

L’exploitation du lycée horticole de Brive-Voutezac, les jardins de Murat, a mis en place un verger maraîcher en agriculture biologique sur 1 ha depuis l’automne 2016. Ce projet d’agroforesterie horticole mobilise toutes les équipes pédagogiques des filières de formation, avec leurs élèves : horticulture, aménagement paysager, commercialisation et filières générales. Il a ainsi permis de développer un réseau avec les partenaires locaux.

 

Redonner une valeur à l'arbre champêtre en élevage, Décembre 2017

Quatre établissements d’enseignement agricole de l’est de la France(1) se sont associés autour d’une même volonté : valoriser leur patrimoine arboré, dans des contextes d’élevage différents. Comment ? En évaluant mieux et en optimisant les services écosystémiques, pour la production agricole, la ressource en bois et le territoire. Zoom sur l’action technique et pédagogique mise en place sur Mirecourt.

 (1) EPLEFPA des Vosges, Mirecourt – EPLEFPA de Meurthe et Moselle, Pixérécourt – EPLEFPA de Haute-Marne, Chaumont – EPLEFPA de Fontaines Sud-Bourgogne, Charolles et Fontaines.

 

L’agro-écologie à Mayotte : du jardin mahorais au Banga des délices, Novembre 2017

 L’EPN (Etablissement Public National) de Coconi est largement impliqué dans la transition agro-écologique à Mayotte avec le projet CASDAR TAE « Révabio », des techniques innovantes en maraîchage et l’expérimentation de plusieurs systèmes agroforestiers innovants : poivriers en terrasses, systèmes en bandes alternées et cocotiers associés à du fourrage. Une partie de la production de l’exploitation est transformée et vendue, sur place,  au Banga des délices.

 

Objet intégratif et dispositif de formation/accompagnement. L’exemple de l’enseignement du plan de gestion de la haie multifonctionnelle dans l’enseignement agricole français, novembre 2017

article p 137 à 148, in Christine Vergnolle Mainar, Jean Simonneaux, Julitte Huez, David Bédouret, Anne Calvet, et al.. Changements et transitions : enjeux pour les éducations à l’environnement et au développement durable (Actes du colloque). GEODE - UMR 5602 CNRS-UT2J. changements transitions : enjeux pour les éducations à l’environnement et au développement durable, Nov 2017, Toulouse, France. 208 p., 2019. ffhal-02150924f

 

L’agro-foresterie : un projet fédérateur au sein de l’EFPLPEA Georges Pompidou à Aurillac, octobre 2017

Très engagé dans le projet de l’exploitation agricole de l’EPL Georges Pompidou autour du développement de l’agroforesterie,  une petite équipe de formateurs et enseignants, coordonnée par le référent local « enseigner à produire autrement » a  décidé d’utiliser cette dynamique pour développer différents projets pédagogiques pour enseigner la transition agroécologique  au sein de l’EPL. (Fiche action sur la plate-forme des innovations pédagogiques de l'enseignement agricole "Pollen" + vidéo)

 

Pamiers : un système agroforestier auto-fertile pour préserver l'eau, Octobre 2017

L'exploitation bovin-lait de l'établissement de Pamiers convertit une parcelle de 12 ha, correspondant au périmètre rapproché d'un captage d'eau potable, en système de culture agroforestier en agriculture biologique et auto-fertile. Un défi technique et économique riche en implications pédagogiques...

 

A La Germinière, l’arbre est un beau symbole de la durabilité !, Mai 2017

Les élèves de l’EPLEFPA de La Germinière (Le Mans) ont participé à une première plantation intra-parcellaire d’arbres de haut-jet en décembre 2016. Les arbres sont protégés des bovins par des clôtures électriques sur 8,5 ha. L’agroforesterie, étendue bientôt à 19 ha (2018), contribue au bien-être animal et aux services écosystémiques rendus en milieu périurbain.

 

Le Valentin (26) : Accueil d’un groupe de travail national sur la gestion des haies multifonctionnelles, avril 2017

Du 27 au 29 mars 2017, des formateurs-enseignants et directeurs d’exploitation de six établissements, ainsi que des professionnels, se sont retrouvés sur l’établissement de Valence pour mieux connaître les démarches de plan de gestion de haies et mutualiser leurs projets.

 

Bourges redonne sa place à l’arbre en Champagne berrichonne, Mars 2017

Le lycée agricole du Cher (Bourges Le Subdray), déplacé en 2009 dans un nouveau site au cœur de la Champagne berrichonne (Le Sollier), utilise des énergies renouvelables (panneaux solaires, chaudière à bois) et redonne une place essentielle à l’arbre. D’ici 2020, la ferme aura reconstitué 6,5 km de haies et implanté 10 ha en agroforesterie intra-parcellaire en grandes cultures.

 

La gestion des haies au lycée agricole de Coutances : un projet fédérateur, février 2017

Du 24 au 26 janvier 2017, des formateurs-enseignants et directeur d’exploitation de sept établissements, ainsi que des professionnels, se sont retrouvés à l’EPL de Coutances pour mutualiser et analyser leurs démarches sur les plans de gestion de haies.

 

L’agroforesterie mode méditerranéenne à AntibesNovembre 2016

L’ancien arboretum de 5 000 m2 de l’EPLEFPA Vert d’Azur d’Antibes se métamorphose en verger-maraîcher tout en saveurs. Visite guidée de ce projet novateur, débuté en 2016...

 

Morlaix - Inventer une biodiversité en verger maraicher, Mai 2016

A quelques centaines de mètres du bord de mer, l’EPLEFPA* de Châteaulin-Morlaix-Kerliver met en place un verger maraîcher original en agriculture biologique, à vocation économique, écologique et pédagogique.

 

Melle : La conception multifonctionnelle des haies comme objet d’un tiers-tempsMai 2016

 

Lomme - Naissance d’un verger-maraîcher bio en dynamique collective !Mai 2016

Depuis septembre 2015, Frédrick Lévêque, formateur et référent agro-écologique du centre de formation d’apprentis du Nord, site de Lomme, mobilise les acteurs de la formation autour du projet « verger-maraîcher bio » pour réussir la « transition agro-écologique » au sein de l’exploitation horticole de l’établissement. Une parcelle désaffectée de 1500 m² accueillera les pommiers de variétés rustiques à partir de l’automne 2016, avec des expérimentations de cultures maraîchères conduites en agriculture biologique, et les récoltes vendues sur place.

 

Borgo - Favoriser la présence des auxiliaires en verger de clémentiniers par l’implantation d'abris agro-écologiquesFévrier 2016

Planter des haies d'espèces indigènes pour abriter des insectes et invertébrés prédateurs du pou rouge de Californie et des cochenilles qui ravagent les plantations d'agrumes, afin de réduire l'utilisation de produits phytosanitaires, un pari que veut relever l'EPL de Borgo dans le cadre d'un projet financé par le compte d’affectation spéciale "développement agricole et rural" (CASDAR).