Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Les abeilles sont entrées dans la Bergerie

 

La première ruche a été installée à la Bergerie nationale en 2012. L’apiculture est maintenant une activité bien implantée sur le site. Cet élevage a toute sa place dans un centre d’enseignement zootechnique tourné vers l’agroécologie.

Des activités qui reprennent au printemps

Les 70 colonies installées sur quatre ruchers butinent dès mars dans le domaine national de Rambouillet. Au-delà des murs et des clôtures, elles profitent de la grande richesse de la flore locale. Les trèfles incarnats des méteils, les haies d’aubépine et les vergers de pommiers apportent le nectar et le pollen nécessaires à leur alimentation. Une fois de plus, la diversité des milieux naturels et agricoles du domaine est un atout. La saison apicole est alors lancée pour les différents apiculteurs qui exercent sur le site. Le renouvellement du cheptel et la préparation des ruches pour la miellée les occupent tout le mois d’avril. Pascal Valois et Jérémie Bosselut réalisent rapidement une première récolte de miel de printemps. Lionel Fournier revient de transhumance sur des champs de colza en vallée de Chevreuse. Jusqu’à la fin juin, les piles de hausses s’entassent dans les mielleries et les visites de contrôle se succèdent pour surveiller l’essaimage. Le miel de la Bergerie nationale est vendu à la boutique et au nouveau Drive fermier. Comme chaque année, le protocole scientifique de suivi des abeilles sauvages de l’INRAe est mené.

 

                                                Les apiculteurs de la Ferme des Clos au travail derrière la plateforme de compostage

Un élevage agroé-cologique

Le développement de l’apiculture s’est fait au fil des projets et des opportunités depuis une dizaine d’années. Les insectes pollinisateurs sont des auxiliaires de culture indispensables en agriculture. La production des 4 ha de vergers et le renouvellement des nombreuses prairies en dépendent. Ils contribuent aussi à l’équilibre des écosystèmes naturels qui entourent les parcelles. La conversion de l’exploitation agricole à l’agriculture biologique a attiré des apiculteurs biologiques à la recherche d’emplacements pour installer des ruchers. L’apiculteur est un peu le berger des abeilles. On ne travaille pas avec elles comme avec des moutons mais on retrouve en apiculture des notions fondamentales d’élevage : alimentation, reproduction, gestion sanitaire, bien-être. L’apiculture a donc toute sa place au sein d’un centre d’enseignement zootechnique tourné vers l’agroécologie. Les abeilles mellifères et sauvages sont des espèces clés pour les agroécosystèmes. On en parle beaucoup dans les médias mais elles restent trop souvent méconnues. Elles sont de bons supports pédagogiques pour sensibiliser le grand public et former les apprenants de l’enseignement agricole.

                                      

                                                Les abeilles pollinisent les arbress fruitiers plantés sur les parcelles d'agroforesterie

 

Des partenariats avec les professionnels du territoire

La Ferme des Clos est une grande exploitation apicole située à Bonnelles. La Bergerie nationale lui a mis à disposition un emplacement derrière la plateforme de compostage pour installer un rucher. Les visites du petit camion vert et des hommes cagoulés font maintenant partie du quotidien de l’exploitation. Le miel produit chaque année fait l’objet d’une cuvée spéciale « Bergerie nationale ». Il est conditionné en pots de 500 gr et vendu au Mérinos café. La Miellerie de la Grande Ourse est une entreprise apicole récemment créée dans le Sud Yvelines. Elle a implanté sa miellerie dans un local de 120 m 2 à côté de l’atelier de transformation laitière. Son gérant a également installé un rucher à la Bergerie nationale.

 

                                                       La ligne d’extraction professionnelle de la Miellerie de la Grande Ourse.

 

Des animations pour les scolaires et le grand public.

L’exploitation agricole propose depuis plusieurs années des animations sur l’apiculture et les insectes pour le grand public et les groupes scolaires. La ruche puzzle ou la ronde des butineuses font partie des activités imaginées pour découvrir le monde des abeilles. Charline Cottebrune est la nouvelle animatrice en charge de développer cette thématique. L’ouverture de ruche pour un groupe d’une dizaine de personnes est maintenant proposée aux visiteurs lors des journées Agricultures et Patrimoines. Des ruches de biodiversité perchées dans les arbres de l’arboretum de la Bergerie nationale seraient aussi un moyen original de parler des insectes pollinisateurs. Une demande de financement a été déposée auprès de la fondation Lune de Miel pour placer des caméras dans une ruche et réaliser avec le service audiovisuel de la Bergerie nationale une vidéo d’observation pédagogique.

 

Un appui et des ressources pour les lycées agricoles de toute la France

Le département Agricultures et Transitions de la Bergerie nationale suit et accompagne les 132 lycées agricoles publics qui ont des activités apicoles. Des formations sur le montage de ce type de projet et le potentiel pédagogique de cette thématique sont organisées aux niveaux national et régional pour des enseignants et des directeurs d’exploitation. Un dossier thématique et des articles ont réalisés pour capitaliser sur ces expériences innovantes. Un enseignant en zootechnie du lycée agricole de la Bretonnière est récemment venu chercher une ruche à la Bergerie nationale pour renouveler la génétique de son rucher pédagogique. En partenariat avec l’INRAe d’Avignon, nous coordonnons également un programme de suivi des populations d’abeilles sauvages. Ce réseau s’appuie sur un protocole de capture mis en place dans 15 lycées agricoles et des formations à la détermination des espèces.

 

Du partage de connaissance et de la convivialité

Dans le cadre de l’association du personnel de la Bergerie, Frédéric Drieux et Jean-Xavier Saint-Guily gèrent le rucher pédagogique de l’établissement. Les personnes intéressées viennent s’initier aux techniques apicoles lors d’ateliers hebdomadaires. Le miel récolté est vendu exclusivement aux personnels pour acheter les traitements anti-varroa et renouveler le matériel. Notre service restauration utilise ce miel pour préparer ses tajines et son caramel. Coop de France est un organisme partenaire du Pôle formation depuis plusieurs années, son directeur Jacques Poulet est apiculteur amateur et a placé dix ruches à côté du rucher pédagogique.

Des utilisations pédagogiques et des opportunités de formations

Le pôle formation est également impliqué puisque les apprenants en seconde Bac pro Conduite et gestion de l’entreprise hippique ont travaillé cette année en stage collectif d’éducation à la santé et au développement durable sur les insectes pollinisateurs. Ils ont fabriqué des hôtels à insectes à installer dans les jardins. En éducation socioculturelle, trois jeunes en classe de Première Bac pro ont réalisé un « Pocket film » sur le sujet pour un concours national organisé par les éditions Educagri. La demande est forte pour les formations de découverte de l’apiculture en Île-de-France. Pour y répondre, le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole de la Bergerie nationale propose désormais dans son catalogue une formation « Initiation à la gestion d’un rucher ». Ce stage s’adresse aux professionnels et au grand public. Il s’appuie sur les compétences internes et les installations apicoles de la Bergerie nationale. Il est ouvert aux personnels qui souhaitent y participer dans le cadre du plan local de formation.

 

Pour en savoir plus :

Jean-Xavier Saint-Guily, Chargé de mission Apiculture, Département Agricultures et Transitions, Bergerie nationale

jean-xavier.saint-guily@educagri.fr – 01 61 08 68 92

Réalisation : Jean-Xavier Saint-Guily, Département Agricultures et Transitions, Bergerie nationale, juin 2020.

Crédits photos : ©Bergerie nationale, Pixabay