Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

D'un système traditionnel lait-polyculture vers un système herbagé et des productions diversifiées

Etablissement

EPLEFPA du Tarn à Albi

Description du projet

Le Tarn est un département présentant une agriculture très diversifiée (élevage, viticulture, arboriculture, productions végétales). La crise que traverse la filière laitière remet en question les systèmes traditionnels de production (Prim'holstein + Ensilage de Mais + aliment du commerce). Beaucoup d'exploitants sont en grande difficulté et abandonnent le lait. Les questionnements sont nombreux sur la poursuite ou non de l'activité. Certains réfléchissent à l'évolution de leur système pour le rendre moins dépendant de l'évolution du contexte mondial. L'EPL du Tarn possède une exploitation laitière qui n'a pas entamé sa transition écologique. Le changement récent de chef d'exploitation et de directeur d'EPL permet d'envisager une transformation en profondeur du système d'exploitation. Aujourd'hui cette exploitation de 158 ha présente une référence laitière de 600000 litres produite par 70 mères Prim'holstein. Le système alimentaire repose sur l'ensilage de maïs associé à des aliments du commerce (correcteurs azotés...). L'exploitation fait un ensemble de productions végétales (maïs semence, céréales...). Le contexte de la production de semence est oreinté à la baisse et les perspectives ne sont pas favorables. Les revenus liés à cette activité vont encore diminués. Ce contexte peu favorable nous oblige à revoir le système de production laitière, envisager une diversification des productions tout en s'impliquant dans le plan agroécologique français. Une reflexion a été engagée au sein de l'EPL avec les partenaires sur ces deux axes. L'objectif est de produire du lait de qualité, à un coût supportable grâce à un système agroécologiquement acceptable. Le nouveau système devra : - être plus résilient (capable de résister aux fluctuations des marchés mondiaux), - être plus autonome (alimentation du troupeau à partir des ressources de l'exploitation), - reposer sur la valorisation de l'herbe, - intégrer une démarche agroécologique. La mise en place de ce nouveau système va s'étaler sur plus de deux ans. L'exploitation accueille aujourd'hui de nombreux apprenants. Cette forte implication pemrettra d'intégrer les apprenants à cette reflexion (BTS ACSE scolaires et apprentissage, BTS APV apprentissage, Bac Pro CGEA, BP REA). La reflexion et la mise en oeuvre du nouveau projet sera pour l'ensemble des apprenants de l'EPL un terrain d'observation et d'expérimentation. L'exploitation restera un lieu : - d'apprentissage des gestes techniques, - d'approche globale et de stratégie des systèmes biotechniques (approche travail, approche des bâtiments, gestion du paturage...). - d'étude des transitions (techniques, sociales, économiques et agroécologiques). La profession fortement préoccupée par les dégats de la crise laitière s'intéresse de près à l'évolution du système de Bellegarde et compte en faire un lieu de référence et de reflexion pour la filière laitière. Cette transition modifie en profondeur le système et demande la mise en place de différents protocoles pour valider les choix : - type de pâturages (techniques de parcours et espèces choisies), - autonomie en protéine: il conviendra de développer l'approche du soja extrudé avec notre partenaire le grenier coopératif, mais aussi d'explorer d'autres pistes avec la féverole ou le pois afin de définir des rations alimentaires en adéquation avec l'ensemble du projet. - conservation des sols (couverts végétaux, semis direct...). Il parait indispensable d'adapter les couverts végétux au contexte de l'exploitation, et de répondre au défi de non seulement assurer la production de fourrage pour le troupeau mais aussi de conserver voire d'améliorer nos sols et enfin de partcipier au piégeage du carbone. - impact du pâturage sur l'état sanitaire du troupeau. Evaluation de seffets directs et indirects du pâturage. - gestion de l'eau (irrigation, abreuvement, nettoyage salle des installations de traite, traitement des eaux...) - gestion des effluents d'élevage. Sur le volet diversification plusieurs pistes sont retenues : - développement d'un projet agroforestier associé à la production de volailles de chair (valorisation de terrains en pente). Implantation d'essences adaptées au terroir et qui permettront à la fois une production fruitière (pommes et poires) pour les fruits ou transformés en jus, mais aussi la production de bois d'oeuvre sur dun plus long terme. Ces produits seront commercialisés en vente directe. - autonomie alimentaire / maraichage avec la commune d'Albi et le chantier d'insertion et les saveurs Paysannes et les incroyables comestibles/ Production de légumes secs sur l'exploitation de Bellegarde à destination de la restauration collective. Le questionnement se pose sur le choix des especes les plus adaptées aux conditions pédoclimatiques et au système d'exploitation. - évolution de la production de semences : recherche d'éventuels contrats sur d'autres espéces (tournesol, colza, soja, blé...).


Thématique principale

Agriculture et agro-écologie

Thématique secondaire

Diversification-installation en agriculture

Identification

Centre constitutif concerné

Exploitation agricole de Lavaur

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Fonlabour Route de Toulouse 81000 Albi

Nom du responsable du dossier

Eric Gaillochon

Fonction du responsable du dossier

Directeur de l'EPLEFPA du Tarn

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Eric Gaillochon Route de Tououse 81000 Albi eric.gaillochon@educagri.fr 06 11 77 22 34

Nom du chargé de projet

Jean Noel Bertrand

Fonction du chargé de projet

Enseignant PCEA Agronomie

Coordonnées du chargé de projet

Jean Noel Bertrand LEGTPA ALBI FONLABOUR jean-noel.bertrand@educagri.fr

Déclaration d'intention


Rapport

Résumé grand public

Tout d'abord un petit rappel  du contexte de l’exploitation à l’arrivée de S. Touzanne en 2015, avec un système de production très éloigné des orientations du Ministère, de l’approche de la durabilité au travers des différents programme du « Produire Autrement » et de "Enseigner à Produire Autrement ».



Nous étions sur un système de production laitière classique en hors sol avec une ration à base de maïs ensilage et des compléments azotés. Ces derniers représentant certaines années un coût équivalent à 50 % du chiffre d’affaire lait.



La réflexion s’est engagée en pleine crise laitière, comment produire du lait avec d‘autres modes de productions, avec un prix du lait à la baisse.



Avec l’accompagnement des chambres d’agriculture du Tarn et de l’Aveyron, un projet technique de transition de l’Exploitation Agricole a été écrit.



Avec la prise en compte du réaménagement des bâtiments vieillissants et qui s’effondrent en partie.



Le Conseil régional a voté une enveloppe pour le restructuration du bâti.



C'est dans ce contexte que la demande d'un tiers temps a été faite :



« D'un système traditionnel lait-polycultures vers un système herbagé et des productions diversifiées. »



Pour réaliser cette transition et assurer un lien fort entre la ferme de Bellegarde et la pédagogie, 7 actions ont été projetées.



Action 1 : Transition système Bovins lait.



Pour cette transition, l'objectif principal est le changement du système d'alimentation en diminuant la part de maïs ensilage qui a un coût de production élevé, par une production de méteil (Avoine, Triticale, Blé, Vesce, Pois).Ce changement d'alimentation doit se faire progressivement en tenant compte de notre troupeau qui a un haut potentiel génétique. Il faut prendre ne compte le contexte économique avec un prix de vente du lait qui peut être inférieur au coût de production.Les BTS ACSE travaillent sur le comparatif des coûts de production du maïs ensilage en conventionnel et en semis direct sous couverts.



La sortie des vaches a débuté le 2 mai, avec une météorologie pas forcément adaptée à ce changement, en effet l'excés d'eau ne permet pas de proposer aux vaches des pâtures de qualité, la production quantitative de lait va s'en ressentir.



Un autre objectif est de maintenir une couverture des sols pendant l'hiver afin de limiter l'érosion sur nos sols argilo-limono-sableux (Quand la pluviométrie dépasse les 50 mm il y a de forts risques d'érosion sur des sols nus. Pluviométrie de décembre 2017 > 100 mm).



 



Action n°2 : couverts végétaux



Le semis direct sous couverts végétaux dont les objectifs sont outre la limitation de l’érosion des sols, la réduction des coûts de production avec la limitation des adventices, l'apport d'azote grâce à la vesce et la féverole, et l'enrichissement du sol en biomasse végétale.



Le couvert choisi est un mélange Phacélie + Vesce + féverole qui a été semé le 29/09. Le maïs semence sera semé directement en avril.



Pour cette action ce sont les classes de bac pro et bac STAV ainsi que les BTS ACSE qui suivent plus particulièrement.



Les actions réalisées sont : le semis du maïs, le comptage et l'évaluation de la levée, la récolte en septembre et ensuite l'évaluation du coût de production.



L'exploitation de Bellegarde est adhérente au réseau Ecophyto depuis 2011/2012.



C'est la limitation de l'érosion qui est le principal atout des couverts pour notre contexte. Cette année les couverts sont en place en précédent du maïs semences.



Action n° 3 : Agroforesterie et poulets plein air



Les objectifs de cette action menée dans le cadre d'un MIL avec le CFAAH du Tarn sont de valoriser une parcelle très pentue avec un élevage de poulets en plein air avec des arbres fruitiers et une commercialisation vers le self et le personnel de l'EPL, et d'implanter des arbres remarquables tels que merisiers, noyers, alisiers et frênes.



2 rangées d'arbres ont été implantées en 2017 et 2 autres en janvier 2018. Ces arbres en assurant une meilleure biodiversité , permettront de joue le rôle de brise vent et permettront de délimiter les paddocks pour la pâture.



Les poulets seront mis en place en septembre 2018.



Action n° 4 : plantation de haies



Cette action est menée par la classe de 1ère Bac Pro CGEA . Les objectifs sont les suivants :



Protéger du vent les parcelles de pâture, maintenir et favoriser la biodiversité de la faune et de la flore etb aménager le visuel à l'arrivée de l'exploitation.



Cette année ce sont 440 mètres linéaires qui ont été plantés en partenariat avec Arbres et Paysages 81. l'opération se poursuit l'an priochain.



Action n° 5 : Production de protéagineux



Cette action est menée avec Jonathan Dassonville et Pierre Hermet (Chantiers d'insertion CFPPA) et se fait dans le cadre de la diversification des productions, avec l'objectif d'atteindre l'autonomie en protéines végétales au self de l'EPL.



Action n° 6 : Protection et Gestion de l’eau



Objectifs: Assurer la qualité de l'eau d'abreuvement et maîtriser la quantité d'eau d'irrigation.



Action n° 7 : Valorisation de la parcelle de bois



 



 


1

6070


Rapport

Résumé grand public

« D'un système traditionnel lait-polycultures vers un système herbagé et des productions diversifiées.



La mise en place de différentes actions a pour objectif de maintenir une production laitière durable dans toutes ses dimensions.



Action 1 : Transition système Bovins lait.



La mise en place des prairies multi espèces pour le pâturage tournant dynamique a été réalisée et la première sortie des vaches laitières a eu lieu le 02 mai 2018. ce fût une année difficile pour le pâturage car avec un excédent de pluie la ration proposée n'était pas de qualité suffisante et donc les animaux préféraient rentrer à l'étable pour trouver une alimentation en rapport avec leurs besoins.



La production laitière est de 8455 litres par vache, légérement inférieure aux 8545 litres/vache de 2017.



L'évolution de l'alimentation avec une partie de pâturage  encore modeste (12%), de l'ensilage de méteil (Blé, avoine, triticale ou seigle, pois vesce ou trèfle) qui s'est en partie substitué à l'ensilage de maïs, des essais de complément à base de carottes (rebus de l'industrie) et pour la campagne prochaine des betteraves fourragères, permet de conforter l'autonomie alimentaire en matières grossières et de diminuer l'achat d'aliments extérieurs.



Action n°2 : Couverts végétaux

La mise en place de couverts végétaux se poursuit que ce soit entre deux maïs ensilage ou bien entre un blé et le maïs semences.  Aprés une fumure organique sous forme de lisier le 12/09/2018 et un déchaumage les 13/09 et 04/10, le semis a été fait le 05/10 avec un dosage plus important en féveroles que l'an dernier (100kg/ha) la dose de phacélie et vesce restant identique (2,5 kg de phacélie et 10 kg de vesce).



La destruction a été réalisée entre le 05/04 et le 12/04 selon les parcelles. On note une quantité de MS/ha avoisinant les 5 tonnes en moyenne avec une grosse proportion de féverole (> 50%). On note que la quantité d'adventices (de 300 à 400 kg de MS/ ha) reste modeste et permet d'envisager la culture suivante assez sereinement de ce point de vue là.



Pour ce qui est de la fourniture d'azote, l'an dernier la fumure azotée a été réduite de 40kg/ha sans conséquences sur le rendement , cette année au vue des potentiels de restitution , une diminution de 70 kg/ha d'azote sera ralisée.



Ce sont les classes de bac pro, bac STAV et les BTS ACSE qui suivent cette action



Action n° 3 : Agroforesterie et poulets plein air



Cette action menée dans le cadre d'un MIL avec le CFAAH du Tarn a permis de planter 161 arbres remarquables tels que noyers, chênes, merisiers, alisiers sur 2 années. L'entretien de ces plantations a été réalisé cette année et on note une très bonne réussite avec plus de 99% de reprise. Le CFPPA du Tarn avec les BPREA ont réalisés dans le cadre d'UCARE Poulets de chair, un parcours pour les poulets qui seront mis en place en juin 2019.



Action n° 4 : Plantation de haies



Action menée par les 1ère Bac Pro CGEA . Mise en place de haies avec différents objectifs:



Protéger du vent les parcelles de pâture et de cultures.                                                                            Maintenir et favoriser la biodiversité de la faune et de la flore.                                                             Aménager le visuel à l'arrivée de l'exploitation.



Après les 440 mètres linéaires plantés l'an dernier, ce sont 400 mètres qui ont été plantés cette année.



L'opération se déroule ainsi. En partenariat avec Arbres et Paysages Tarnais, les lycéens abordent en classe les atouts des haies et le contexte particulier de la ferme du lycée. Ensuite ils prennent connaissance des différents arbres ou arbustes qui sont choisis. Lorsque la préparation du sol a été  réalisée, les lycéens ont effectué la mise en place du paillage, la préparation des avant-trous, le pralinage des plants à racines nues et enfin la plantation en prenant soin de positionner du gravier au pied de chaque arbuste pour limiter le développement des adventices.                                                                       Cette opération s'est déroulée cette année le 22 février pour des raisons météorologiques.



Action n° 5 : Production de protéagineux



Cette action n'a été mené qu'une année, car en plus de la difficulté technique pour produire des pois chiches, le self du lycée n'a pris qu'une toute petite quantité.



Action n° 6 : Protection et Gestion de l’eau



Cette action débutera seulement en juin 2019, suite à la signature d'une convention avec l'agence de l'eau Adour-Garonne et porte sur la qualité de l'eau d'abreuvement à partir d'un forage et la gestion quantitative de l'eau d'irrigation provenant d'une retenue collinaire.



Action n° 7 : Valorisation de la parcelle de bois



La première partie de cette action a débuté avec le lycée forestier de Saint Amans Soult et e CRPF qui ont accompagné les bac STAV aménagement pour du martelage et de l'éclarcissage.



La deuxième partie concerne un dossier de demande de financement pour le stockage du carbone sur ces parcelles de bois.


2

6070


Rapport

Résumé grand public

La transition d'un système traitionnel lait-polyculture élevage vers un système herbagé avec pâturage tournant dynamique et des prodcutions diversifiées s'est enclenché en 2017 et la transition se poursuit au travers de la msie en place progressive de diverse actions, tendant toutes vers une prodcution laitière en adéquation avec le potentiel agronomique des surfaces de l'exploitation.



Toutes ces actions ont été suivies et aussi mises en oeuvre, outre le DEA et les ouvriers d'exploitation,par  les enseignants avec les classes et les différents patenaires.



> Prairies multiespèces et pâturage tournant dynamique



Bac Pro CGEA et BTS ACSE avec enseignants de Zoo et d'Agro.



Partenaires: Sermenciers, Chambre d'agriculture du Tarn, Plate forme Agroécologique d'Auzeville, RAGT 



En 2016, le prix du lait est de 250€/1000 litres la marge est négative de -70€/1000 litres pour la ferme de Belelgarde, une évolution était nécessaire et  ne maîtrisant pas le prix de vente, la seule alternative était de baisser notre coût de production. La part des aliments achetés représentait encore 50% du chiffre d'affaire en 2015 nous allons donc modifier l'alimentation des vaches afin de tendre vers plus d'autonomie en protéines. Diminution de la surface de maïs ensilage (25 ha en 2016 , 13,5 ha en 2019), mise en place des méteils sur 23 ha. Ces méteils à base de 60 % d'avoine, de seigle et de blé, pour 40 % de fabacées, pois et trèfle jouent plusieurs rôles:



une couverture du sol en hiver en limitant l'erosion des sols et la lixiviation d'azote.



une production d'environ 6 à 8 Tonnes de MS ce qui limite d'autant l'achat de concentrés dans le commerce.



Les prairies muliespèces, à base d'un mélange poacées et fabacées sur 15 ha à proximité de la stabulation permettent depuis 2018 la pâture des vaches. Selon les conditions climatiques, la période de sortie des vaches peut s'étaler de fin février (2019) jusqu'à fin novembre. Si durant cette période l'alimentation des vaches ne se fait pas exclusivement à l'extérieur et demande des complémments à l'auge, il n'empêche que la part de nourriture prise en extérieur et la diminution des déjections animales en satbulation a entrainait une baisse du temps de travail et de charges qui vont dans le sens des objectifs initiaux. 



> Les couverts végétaux.



BTS ACSE et  BAC STAV avec nseignants d'Agro , Economie et Biologie-Ecologie.



Partenaires: Chambre d'agriculture de l'Aveyron, Plate forme d'Auzeville



Ces couverts répondent à la réglementation agro-écologique mais aussi: 



1) La lutte contre l'érosion grâce au maintien d'une couverture permanente des sols tout au long des rotations.



2) Le choix du mélange Fèverole, vesce , phacélie , limite les adventices et donc facilite une lutte durable contre celles-ci. Ce mélange a permis aussi grâce à la fourniture d'azote des fabacées à diminuer les apports d'azote de la culture suivante. (40 U d'N/ha en 2018, et 70 U d'N/ha en 2019).



3( Enfin dans un souci de limiter les charges de production, la présence d'un couvert permet le travail du sol par les racines et donc le passage en TCS et non labour.



> Plantation de haies



Bac Pro CGEA avec enseignant d'Agro et Biologie-Ecologie



Partenaires: Arbres et Paysages Tarnais.



Dès 2017 un programme de plantation de 400 mètres de haies/an a été initié et mis en place afin de protéger les pätures et les parcelles de production du vent, limiter l'érosion et favoriser la biodiversité.    En 2019 ce sont donc 1200 mètres de haies qui viennent également agrémenter le paysage autour de la ferme.



 > Agroforesterie:



BTS ACSE et APV du CFAAH du Tarn avec formteurs



Partenaires: Arbres et Paysages



Plantation de 150 arbres reamrquables dans les parcelles de prairies et de céréale.



> Eau et Agriculture:



BTS GEMEAU et ACSE avec enseignants d'agronomie, d'agro-èquipements et d'économie.



Partenaires: Agence de l'eau, Pft H2O 



Il s'agit d'assurer une qualité d'eau du captage afin d'abreuver les animaux, et d'être le plus efficient possible en irrigation avec l'eau de notre retenue collinaire.



Le traitement des effluents de la salle de traite par filtre à roseaux, va dans le sens d'une plus grande durabilité de l'exploitation.



> Stockage du carbone sur la parcelle boisée.



BAC STAV Amgt avec enseignant d'aménagement paysager. 300 apprenants ont participé à la plantation.



Partenaires: CRPF, Lycée forestier de Saint Amans Soult, La poste



Dans un but de valoriser les parcelles boisées de l'exploitation tout en jouant un rôle dans l'équilibre carbone, une parcelle de 5 ha a été replantée en partie (3 ha) avec 3300 arbres afin d'assurer un stockage de 500 T équivalent CO2 dans 30 ans.



> Adaptation au changement climatique



BTS ACSE et enseignant Agro et ESC.



Partenaires : SOLAGRO



Un diagnostic a été réalisé afin de prendre en compte l'évolution du climat dans les 30 ans à venir et de proposer des adaptations vis à vis de ces changements: Brasseurs d'air, couverts végétaux, choix des variétés, dates de semis,......


3

6070