Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Comment "Enseigner à produire autrement" en Guadeloupe ?

Janvier 2016 - Emmanuelle Zanchi (animatrice réseau "Elevages" DGER/BDAPI) ; Christian Peltier (animateur réseau "Education au développement durable" DGER/BVIE) ; Philippe Cousinié (animateur réseau "Agronomie - Ecophyto" DGER/BDAPI).

Dans le cadre du projet régional d’agro-écologie de Guadeloupe, une formation sur les savoirs et méthodes pour « enseigner à produire autrement » a réuni une trentaine d’enseignants issus de l’EPLEFPA et de plusieurs MFR (maisons familiales rurales). Il s’agissait de développer l’enseignement de l’agro-écologie et de renforcer l’utilisation de l’exploitation agricole comme support pédagogique.

Trois réseaux de la DGER sont intervenus ensemble pour la première fois en associant leurs compétences respectives : les réseaux "Education pour un Développement Durable", "Agronomie-Ecophyto" et "Elevages".

Parcelle de canne à sucre, exemple de monoculture représentative à Convenance, EPLEFPA de Guadeloupe. Photo, C. Peltier.
Agrandir...

Avec Ecophyto, l'exploitation a diminué l'utilisation de produits phytosanitaires

L’exploitation de Convenance à Baie Mahault est engagée dans le plan Ecophyto depuis 2010 avec l’action 16 (2010 à 2014) et depuis 2012 dans le réseau DEPHY EXPE en partenariat avec l’INRA, la chambre d’agriculture et le CTCS (Centre technique de la canne et du sucre). Cela a permis de développer des expérimentations agronomiques pour réduire l’utilisation d’intrants et notamment des herbicides avec le désherbage mécanique (par micro-mécanisation), le paillage, le mulch, des intercultures (plantes de couverture) et des plantes de service intercalaires. L’exploitation a diminué l’IFT canne à sucre à 2,5 contre 4 à 5 en moyenne sur le territoire pour 12 ha cultivés en canne à sucre. Elle dispose de 5,5 ha en tubercules (igname, manioc, patate douce) et en légumes de plein champ (aubergine, piment, giraumon).

Des projets d'agro-écologie à développer

La formation a notamment permis de mettre en mots l’originalité d’une exploitation qui associe l'agriculture agro-industrielle (canne à sucre) et l'agriculture familiale (jardin créole et associations de plantes). L’exploitation de Convenance vise un compromis « culturel » s’appuyant sur la canne à sucre, une rotation longue intégrant la canne en tête de rotation (canne, igname, ananas, banane, giraumon/patate et piment/aubergine) et des cultures associées sous forme de jardin créole. L’ananas et la banane seront introduits dans la rotation longue en 2016.  

Les ateliers d’élevage illustrent également ce compromis : les 24 vaches créoles, de type naisseur, valorisent les prairies alors que quelques truies créoles utilisent des parcours d’arbres fruitiers. En parallèle, une porcherie moderne a été mise en place avec 20 truies croisées « Naïma ». Cet élevage fonctionne avec des aliments importés. Les effluents sont valorisés avec l’utilisation d’un paillage à base de bagasse issue de canne à sucre qui permet un compostage, renforçant les complémentarités entre culture et élevage.

Un projet de haies associant légumineuses et plantes mellifères en bordure des prairies et des parcelles est à l’étude. Un parcours de volaille associé à un verger est également envisagé. Ces projets sont étroitement liés à la pédagogie et aux objectifs du plan régional d’agro-écologie. Ils associent étroitement le végétal et l’animal.

Visite de l’exploitation sur fond de prairie et de canne à sucre pour déterminer des situations pédagogiques à potentiel problématique. Photo, C. Peltier.

Agrandir...

Des projets pédagogiques en création

Le travail de groupe a ouvert de nombreuses pistes de séquences pédagogiques interdisciplinaires depuis la construction d’une rotation longue avec la canne à sucre et la gestion des effluents de l’exploitation en Bac pro CGEA (conduite et gestion de l’exploitation agricole), le choix de plantes d’ornement sur l’EPL en Bac pro aménagement paysager, jusqu’à la valorisation de plantes pour l’alimentation locale en Bac pro SAPAT (services aux personnes et aux territoires). Ces séquences pédagogiques concernent tous les niveau de formation puisque l’étude du jardin créole est envisagée en CAPA ARC (agriculture des régions chaudes), l’insertion de l’exploitation dans une trame verte et bleue en Bac S et la création de systèmes de culture agro-écologiques (plantes associées) sur l’exploitation en BTSA DARC (développement de l’agriculture des régions chaudes).

Ces projets seront mis en œuvre en 2016 avec des liens encore plus étroits avec l’exploitation de Convenance.

La formation des enseignants et l'appui des réseaux nationaux à la Guadeloupe

La méthode de formation, appliquée en Martinique la semaine précédente par Christian Peltier, est celle du réseau EDD qui l’a largement expérimentée. Elle a permis aux participants de co-construire des séquences pédagogiques à partir d’échanges sur leurs représentations et d’une visite d’exploitation qui a permis de repérer des situations à potentiel problématique. L’originalité de cette formation a été la participation de deux réseaux thématiques dans l’apport d’outils méthodologiques et de concepts en complémentarité de manière à intégrer le mieux possible l’approche systémique nécessaire en agro-écologie. Il s’agissait pour les trois réseaux de former et d’accompagner les enseignants dans les groupes et en plénière. Les travaux ont permis d’enclencher une dynamique collective et de groupe pour appuyer la double transition : pédagogique et technique.

Travail en groupe d’enseignants de diverses disciplines de l’EPL et des MFR avec l’équipe d’exploitation. Photo, C. Peltier.
Agrandir...

Co-construire ensemble pour réussir la transition

Les transitions technique et pédagogique impliquent de nouvelles postures par la dynamique de groupe et la co-construction pour réussir le passage à l’agro-écologie par des propositions concertées et construites ensemble. Cette expérience de formation en trio a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives  pour « enseigner à produire autrement » en Guadeloupe en réunissant les enseignants de toutes les disciplines en lien avec leur territoire et le développement durable. Les collectifs en cours de constitution seront suivis et accompagnés (à distance et en présentiel par des analyses de pratiques) dans la mise en œuvre concrète.

Chiffres clés de l'exploitation

  • Surface totale : 30,5 ha dont 12 ha en canne à sucre
  • Porcins : 20 truies Naïma
  • Bovins : 24 vaches créoles
  • Salariés : 6,2 ETP dont 4,2 à la production

Contacts utiles

  • Exploitation EPLEFPA Guadeloupe : Jean-Louis Kelemen, DEA, jean-louis.kelemen@educagri.fr
  • Référente "EPA" : Nicole Touvin, enseignante d'agronomie, nicole.touvin@educagri.fr
  • DAAF/SFD : Claude Allemand-Degrange, adjointe, claude.allemand-degrange@educagri.fr